Cirque du Soleil : la faillite… avant la vente aux enchères

Cirque du Soleil : la faillite... avant la vente aux enchères

Qui détient aujourd’hui le Cirque du Soleil ? FranceTVInfo offre une réponse détaillée à cette question : le fonds privé américain TPG à hauteur de 55 %, puis le fonds chinois Fosun (propriétaire du Club Med et de Thomas Cook) pour 25 % et la Caisse de dépôt et placement du Québec pour 20 %. Et Guy Laliberté dans tout ça ? Pour rappel, le milliardaire s’est séparé de son bébé il y a quelques années déjà et il coule aujourd’hui des jours heureux entre de gigantesques monolithes et des plants de cannabis.

Sous 45 jours, le Cirque devrait toutefois changer de main à nouveau. C’est l’une des principales conséquences de la procédure initiée hier par les dirigeants de la société. Après plusieurs mois d’inactivité et face à une dette qui dépasse désormais le milliard de dollars, ces derniers ont décidé d’arrêter les frais : d’abord avec le licenciement de 3 500 des 4 600 artistes et techniciens qui étaient déjà au chômage technique depuis le mois de mars ; ensuite ensuite avec une demande de protection des tribunaux contre ses créanciers.

La manœuvre est assez classique outre-Atlantique, et Les Échos en résume en une phrase la philosophie : “Le Cirque du Soleil se met en faillite pour mieux se vendre“. Trois actionnaires se sont d’ores et déjà associés pour proposer une offre de reprise de 420 millions de dollars. Ce montant constituera selon toute vraisemblance un minimum, cinq à six groupes ayant par ailleurs manifesté leur intérêt pour le géant du spectacle. L’entreprise elle-même le confirme dans un communiqué : “La convention d’achat établit le prix plancher, ou l’offre minimale acceptable, pour une vente aux enchères de la société sous la supervision de la Cour en vertu du processus de vente et de sollicitation d’investissement“.

Dans un article intitulé Cirque du Soleil : et maintenant ?, La Presse dessine les grandes lignes des deux scénarios possibles :

  • l’arrivée probable dans l’équation d’un ou plusieurs autres acteurs, avec à la clé des offres de rachat plus généreuses.
  • à défaut la validation de cette offre de 420 millions de dollars, dont 300 millions d’euros qui seront injectés dans le Cirque du Soleil avec plusieurs objectifs : relancer l’activité une fois l’épidémie passée, soutenir les employés et artistes indépendants, rembourser le prêt intérimaire de 50 millions contracté il y a deux mois, et enfin assumer le passif de plusieurs millions lié aux remboursements de billets et aux fournisseurs.

Reste à lever la plus grande inconnue : quand le Cirque pourra-t-il reprendre ses représentations à Las Vegas et ailleurs ? Dans l’immédiat, l’entreprise se contente d’assurer que “la majeure partie des employés licenciés seront réembauchés dès que les conditions le permettront“. Une chose est sûre : votre prochaine réservation de billets pour Ka, Love ou O n’est pas pour tout de suite…

Latest posts